Les jeunes évoluent dans des milieux de vie divers, dans lesquels ils et elles sont souvent perçu-e-s de manière différente par leurs personnes de référence. Par conséquent, pour la promotion des compétences en matière de consommation, un bon réseau est très important pour les professionnel-le-s de l’animation socioculturelle (ASC) enfance et jeunesse. Par exemple, les entraîneurs et entraîneuses de volley-ball remarqueront plus facilement d’éventuelles cicatrices sur les bras des jeunes que les enseignant-e-s ou professionnel-le-s de l’ASC enfance et jeunesse. Si les acteurs et actrices du domaine de l’enfance et de la jeunesse se connaissent, cela facilite les échanges concernant une éventuelle mise en danger d’un-e jeune. C’est pourquoi le cinquième chapitre de la publication de l’AFAJ Jeunes en quête d’ivresse est consacré au travail en réseau. Bonne lecture !

Lire

Illustration : David Fürst

Pin It on Pinterest